Forum consacré au Rail & TCSP en Bretagne et Pays de la Loire

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 2 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 2 Invités

Aucun


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 49 le Jeu 11 Mai - 18:42

Août 2017

LunMarMerJeuVenSamDim
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031   

Calendrier Calendrier


  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

Régions. Deux façons de négocier avec la SNCF

Partagez
avatar
BiBi35
Admin

Messages : 1690
Date d'inscription : 16/08/2014
Age : 58
Localisation : RENNES BREIZH

Régions. Deux façons de négocier avec la SNCF

Message par BiBi35 le Dim 16 Oct - 12:57

Régions. Deux façons de négocier avec la SNCF
14.10.2016




Mieux et moins cher....

...c'est ce que réclament les cinq régions qui renégocient en ce moment leurs conventions TER (trains régionaux), discrètement ou avec fracas, face à une SNCF consciente que la fin de son monopole approche.
En matière de TER, il y a deux classes de régions. Dans la première, il y a les amateurs de bras de fer, comme Paca (Provence-Alpes-Côte d'Azur), dont le président, Christian Estrosi, a annoncé, mercredi, la rupture de « toute négociation avec la SNCF » sur une nouvelle convention, alors que l'actuelle arrive à échéance en décembre. L'élu LR (Les Républicains) a aussi pris position pour « l'accélération de l'ouverture à la concurrence dès 2019 », comme l'envisage la Commission européenne, et « même avant si l'État le permet ». Ce qui ne le dispensera pas de signer une nouvelle convention avec la SNCF pour que les TER Paca puissent continuer à circuler à partir du 1 er janvier 2017. Cette mise en scène vise surtout à obtenir un gros rabais sur la facture 2016, dont le montant initial (291 millions d'euros) va, de toute façon, être diminué des pénalités liées aux nombreuses grèves et autres trains annulés, faute de conducteurs.

En Auvergne-Rhône-Alpes, la nouvelle convention TER est suspendue au sort de la ligne de trains de nuit entre Paris et la Savoie, supprimée depuis le 1er octobre sur décision du gouvernement. Ce sujet « est un préalable à la négociation », ont fait savoir trois vice-présidents de cette région dirigée par Laurent Wauquiez (LR).


L'argument de l'ouverture à la concurrence

Dans la seconde catégorie, il y a les partisans d'une diplomatie feutrée, comme Philippe Richert, président du Grand Est, qui négocie, en parallèle, une nouvelle convention TER et la reprise de trois lignes Intercités, moyennant contreparties de l'État. Partisan de l'ouverture à la concurrence, il s'en tient à la feuille de route tracée, en juin, avec l'État, qui prévoit d'abord une expérimentation sur certaines lignes dans les régions volontaires. Une approche que ne partage pas du tout l'Occitanie, présidée par la socialiste Carole Delga. La région joue néanmoins de cette position de principe pour obtenir davantage de concessions. En Pays-de-la-Loire également, « on veut installer une relation beaucoup plus exigeante » avec l'entreprise publique, explique Bruno Retailleau (LR), qui explique « étudier les possibilités d'ouverture à la concurrence » et vouloir à la fois « une plus grande qualité de service » et une facture maîtrisée.




_________________
albino
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Jeu 24 Aoû - 4:55