FORUM ACTU/MAG du RAIL ET DES TCSP EN BRETAGNE & PAYS DE LA LOIRE

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 2 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 2 Invités

Aucun


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 49 le Jeu 11 Mai - 18:42

Novembre 2017

LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930   

Calendrier Calendrier


    Paimpol. Vapeur du Trieux : des cavaliers noirs sur un cheval de fer

    Partagez
    avatar
    basseville

    Messages : 12
    Date d'inscription : 11/10/2016
    Age : 47
    Localisation : 22

    Paimpol. Vapeur du Trieux : des cavaliers noirs sur un cheval de fer

    Message par basseville le Jeu 1 Juin - 15:55

        Paimpol. Vapeur du Trieux : des cavaliers noirs sur un cheval de fer
      Modifié le 31/05/2017 à 20:01 | Publié le 31/05/2017 à 20:00


    À la gare de Paimpol, des hommes aux visages noircis par le charbon, s’attellent à l’entretien de la locomotive 141.TB4.24. La machine est désormais affrétée aux trajets entre Paimpol et Pontrieux.
    Entre Richard Soth et la locomotive 141.TB.424, il y a un lien indéfectible entre homme et machine. Aujourd’hui, la bête est à la tête de la « Vapeur du Trieux », et tire quotidiennement six wagons de voyageurs entre Paimpol et Pontrieux.



    Bien qu’elle soit âgée de 104 ans, la locomotive est suivie par Richard Soth et son équipe depuis près de 20 ans. Classée
    monument historique, c’est aujourd’hui la section de Mulhouse de l’Amicale des Anciens et Amis de la Traction Vapeur qui gère
    la machine : « On veille à ce qu’elle soit entretenue, et qu’elle ne quitte pas le territoire », explique le mécanicien.

    Pas de clés à molette dans ses mains : dans la cabine, « le mécanicien conduit la locomotive, et le chauffeur s’occupe de la vapeur ».


    Animal de 88 tonnes

    À la gare de Paimpol, ils sont quatre, chaque matin, à s’occuper de l’animal. Début en fanfare à 6 heures du matin : « On allume le feu, et on commence la chauffe progressive au charbon : l’eau se transforme en vapeur », détaille le mécanicien. Dans le réservoir, près de 6000 litres d’eau doivent être mis à température par un ensemble de 137 tubes.

    Debout sur la turbine, Victor et Frédéric s’appliquent au graissage et au nettoyage de la machine : « La tradition veut que l’on présente à la clientèle un outil propre », souligne Richard Soth.
    Pour une heure de route, les quatre hommes passeront au final près de dix heures par jour à l’entretien de la machine.

    La locomotive 141.TB.424 a été mise en service en 1913. Jusqu’en 1969, la locomotive roulait sur les rails parisiens de l’actuel RER A. | Robin Serradeil

    Conditions extrêmes

    Dans la cabine, chauffeurs et mécaniciens jouent la complémentarité, le premier tourné vers la robinetterie ; l’autre affairé à la conduite. « Il fait 45°C. Le champ de vision est relativement court, ce qui explique le fait que le mécanicien sorte sa tête à l’extérieur de la cabine pour regarder par dehors », souligne Richard Soth.

    Reste alors cette image du mécanicien, foulard, casquette et lunettes au vent. Pas pour entrer dans un jeu, mais avec cette conviction de donner vie à une machine, et de perpétuer une tradition.
    avatar
    Regiolis

    Messages : 38
    Date d'inscription : 27/01/2016
    Localisation : Domagné 35113

    Re: Paimpol. Vapeur du Trieux : des cavaliers noirs sur un cheval de fer

    Message par Regiolis le Jeu 1 Juin - 16:48

    Plus précisément sur la ligne de Paris Bastille à Verneuil l'Etang dite de Vincennes



    Machines hébergées



    Cette gare ne connaît que la traction vapeur, avec essentiellement des locomotives type 120 à tender séparé, rapidement remplacées par des locomotives-tender 120 T (no 261 à 285) construites par André Koechlin & Cie à Mulhouse. À partir de 1881, les remplaçantes sont les « 031 T Est 613 à 742 » (futures 1-031 TA) et les 131 T immatriculées « 131 T Est V 613 à V 666 » (futures 1-131 TA). À partir de 1925, ce sont les « 131 T Est 32001 à 32050 » (futures 1-131 TB) qui entrent en scène. Les dernières machines à desservir la ligne, à partir de 1962, sont les célèbres « 141 T Est 4401 à 4512 » (futures 1-141 TB 401 à 512). Ces machines sont alors entretenues au dépôt de Nogent

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Gare_de_Paris-Bastille




      La date/heure actuelle est Sam 18 Nov - 1:47