FORUM ACTU/MAG du RAIL ET DES TCSP EN BRETAGNE & PAYS DE LA LOIRE

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 49 le Jeu 11 Mai - 18:42

Novembre 2017

LunMarMerJeuVenSamDim
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930   

Calendrier Calendrier


  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

QUIMPERLE. Arrêts  TGV menacés ?

Partagez
avatar
G le Boulch

Messages : 32
Date d'inscription : 01/08/2015
Age : 59
Localisation : 29 sud Arzano

QUIMPERLE. Arrêts  TGV menacés ?

Message par G le Boulch le Mer 1 Nov - 8:55

QUIMPERLE. Arrêts  TGV menacés ?
01.11.2017



Le lancement, mi-octobre, d'une mission sur le modèle du transport ferroviaire, par le gouvernement, ravive l'inquiétude concernant les arrêts TGV dans le pays de Quimperlé. Au même moment, le 10 novembre, le pôle d'échanges multimodal va être inauguré. De quoi relancer l'éternel débat.

Le 10 novembre, à 18 h, l'inauguration du pôle d'échanges multimodal (Pem) de Quimperlé, le second à être réaménagé dans le secteur après celui de Bannalec, devrait être une « fête ». Mais la mission commandée, mi-octobre, par Édouard Philippe, le Premier ministre, auprès de Jean-Cyril Spinetta, sur le modèle du transport ferroviaire, ravive des inquiétudes à Quimperlé et ses alentours.
« Le secteur ferroviaire est confronté à un déséquilibre économique et financier, dont l'ampleur et la dynamique pèsent sur les finances publiques et menacent son avenir. Gestion du réseau et exploitation des services ferroviaires, en particulier TGV et fret, sont tous à la fois concernés », mentionne, ainsi, la missive du 12 octobre dernier adressée par le chef du gouvernement au haut fonctionnaire rattaché au ministère des Transports (qui dépend du ministère de la Transition écologique et solidaire).
« Attentifs aux conclusions du rapport »

Immédiatement, Michaël Quernez, maire de Quimperlé et vice-président du conseil départemental, a réagi au 20 h de TF1, le journal télévisé le plus regardé en Europe. Avant de marteler à nouveau à plusieurs reprises sa position. « Nous ne sommes pas sans méconnaître le sujet. Nous savons ce que cela peut vouloir dire. Il y a pourtant eu un engagement majeur de la Région et des collectivités. Localement, on a investi pour demain, avec le Pem (2,1 M€ de travaux, dont 783.000 € à la charge de la Ville et 968.000 € à la charge de Quimperlé communauté). Nous ne demandons rien de plus que le maintien des arrêts de la Ligne à grande vitesse (LGV), mise en service le 2 juillet dernier, qui connaît une hausse de fréquentation de 18 % depuis sa mise en service, selon les derniers chiffres communiqués par la SNCF ».
Et de poursuivre : « Il existe quatre liaisons par jour en direction de Lorient, le même nombre en direction de Quimper. Nous croyons à la complémentarité entre la LGV et les TER, même si, en raison des recalages (refonte totale de la grille des horaires, NDLR), il y a des mécontents. Nous avons alerté sur ce sujet par plusieurs courriers. Par rapport à la mission Spinetta, nous serons très attentifs aux conclusions du rapport ». Celui-ci doit être remis au Premier ministre courant janvier 2018. L'association 3R, de son côté, ne dit pas mieux.
Une convention pour cinq ans
Gérard Lahellec, vice-président de la Région Bretagne, en charge des transports, assure avoir entendu les doléances des usagers du rail quimperlois - lesquels étudient à Lorient ou travaillent à Quimper (voire l'inverse) - concernant les horaires chamboulés des TER.
« Mais par définition, quand le TGV passe, il n'y a pas de place pour le TER. Nous travaillons à la régulation pour la pointe bretonne. Il n'est nullement question de remettre en cause les territoires intermédiaires comme Quimperlé ou Rosporden. Que les usagers soient rassurés, une convention a été signée avec la SNCF, pour une durée de cinq ans. Elle garantit le maintien des arrêts TGV. La facture de service est passée pour la Région de 100 M€ à 110 M€. C'est énorme. Mais au moins, cela est sanctuarisé pour cinq ans. C'est le seul exemple existant en Europe ».
Par ailleurs, le vice-président de la Région l'affirme : « La SNCF ne perd pas d'argent en Bretagne. Elle a même gagné 15 M€ entre 2014 et 2015 sur le TER. Nous le disons haut et fort : si l'État n'est pas capable de desservir la Bretagne, la Région le fera elle-même ! ».





01.11.2017 
Nous vous parlons d'un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître. Ni ceux de 40 ans d'ailleurs. L'origine du train à Quimperlé remonte au 8 septembre 1863, lorsque la compagnie des chemins de fer d'Orléans inaugure les rails, au coeur de la cité du coq. Cela fait donc 154 ans que la gare, refaite à neuf en janvier 2015, pour un coût de 850.000 € (financé par la Région à hauteur de 75 % et de la SNCF pour les 25 % restants), accueille des passagers. Et pourtant, à intervalles réguliers, la suppression des arrêts de train revient dans les conversati 


1972, premiers blocages



  Le parvis du PEM de Quimperlé portera le nom de Simone de ma Bollardière


Début des années 70, le rail ne semble plus à la mode et de nombreuses liaisons secondaires sont délaissées. C'est aussi l'époque du tout voiture. Le comité de défense est créé à Quimperlé et trois grandes figures en émergeront : Daniel Picol, côté cheminot ; Louis Le Pensec, côté politique ; Simone de Bollardière (épouse du général qui refusa la torture en Algérie), qui deviendra la présidente du comité. Sans oublier les centaines de personnes mobilisées, à l'image du résistant Guy Savin. Tous les dimanches, pendant un an, les trains ont été bloqués en gare, avec quatre ou cinq manifestations supplémentaires dans l'année. Maintien de telle ou telle correspondance, de telle ou telle liaison, du TGV, des TER... Toutes ces questions sont revenues sur la table et ont mobilisé, à chaque fois, de nombreux citoyens attachés à leur gare et à l'usage du train.




« À nous de vous faire préférer le train ? »



Citons un exemple, caractéristique de tout ce qui a pu être écrit aux différents ministres. En 2001, Simone de Bollardière s'adresse à Jean-Claude Gayssot. « Monsieur le ministre, nous venons attirer votre attention sur certains dysfonctionnements existant à la SNCF. Cette situation n'est pas nouvelle puisqu'elle est l'une des raisons de la création de notre comité de défense en 1972. Il semblerait même que les nouveaux services horaires du 28 novembre se dégraderaient encore un peu plus pour des gares assimilées " comme de moindre importance " par les états-majors de la SNCF. Nous demandons une nouvelle fois : le rétablissement des trains de nuit en provenance ou à destination de Paris, tous les jours de la semaine, car il est tout de même scandaleux de voir la Bretagne coupée du reste de l'Europe, à partir de 19 h 30. Serait-ce la nouvelle formule du " Droit en transport pour tous " et " À nous de vous faire préférer le train " ? » Le 10 novembre, à l'occasion de l'inauguration du parvis du Pem, la présence de Simone de Bollardière, aujourd'hui âgée de 95 ans, est espérée. Quoi qu'il arrive, le parvis portera bel et bien son nom. En hommage à toutes ces luttes afin de maintenir le train à Quimperlé





avatar
Portsall

Messages : 26
Date d'inscription : 28/06/2017
Age : 69
Localisation : Portsall

Re: QUIMPERLE. Arrêts  TGV menacés ?

Message par Portsall le Mer 1 Nov - 10:10

Epoque épique pour la défense des "petites gares". La lutte a fini par payer car au début, les "Crânes d'œuf" de la SNCF loin des réalités de terrain, restaient droit dans leurs bottes . Quimperlé était (et reste) un bassin de population très important de même pour Rosporden qui était "la gare des Concarnois". Actuellement à  l'arrivée à Quimper ce n'est pas la foule. Sur la ligne nord c'est surtout à Plouaret (pas encore Trégor !) que le combat a été mené, là encore de manière virulente mais aussi à Lamballe. La colère grondait et la SNCF à dû de revoir sa copie sur ordre du Pouvoir. Gérard Lahellec (CGT) doit se souvenir de cette époque.
avatar
fanch

Messages : 45
Date d'inscription : 01/08/2015
Age : 61
Localisation : 50420 Lessay

Re: QUIMPERLE. Arrêts  TGV menacés ?

Message par fanch le Mer 1 Nov - 14:54

Comme on dit "il n'y a pas de "fumée sans feu" et mieux vaut rester en éveil !
avatar
landuré

Messages : 8
Date d'inscription : 27/09/2017
Age : 54
Localisation : Quimperlé

Re: QUIMPERLE. Arrêts  TGV menacés ?

Message par landuré le Jeu 9 Nov - 9:53

09.11.2017

QUIMPERLE Défense de la gare, les rappels de Corentin Tocquec

Corentin Le Tocquec veut faire connaître « aux moins de 20 ans » les combats menés pour la défense de la gare de Quimperlé.      L'inauguration, vendredi soir, du Pôle d'échange multimodal (PEM), nouveau parvis de la gare de Quimperlé, suscite l'attention des utilisateurs et des populations du pays de Quimperlé. Pour certains, comme nous l'évoquions hier, ce sera l'occasion de manifester contre la nouvelle grille horaire mise en place par la SNCF (Collectif des usagers du TER Bretagne sud et PCF). Pour Corentin Le Tocquec, ancien adjoint (sous le mandat de Daniel Le Bras) et ancien secrétaire de l'Union locale CGT, c'est l'occasion d'apporter des précisions sur le combat mené depuis des décennies autour de la défense de la gare, un sujet largement expliqué dans nos colonnes dans notre édition du 1e r novembre.

Au tribunal pour « Entrave à la circulation des trains »

« Sans remettre en cause votre article, je tiens à préciser certaines choses, nous écrit Corentin Le Tocquec. Dès le début, l'Union locale CGT a pris toute sa part dans l'organisation des rassemblements pour la défense de la gare.

Notre secrétaire de l'époque, Jean-Claude Perron, accompagnait souvent Daniel Picol et Simone de Bollardière chez le préfet ou chez le député, Louis Le Pensec, les militants se chargeant de la mobilisation ». « Entre 1978 et 1980, plusieurs élus du secteur seront traînés devant les tribunaux. Ils sont de Concarneau, Rosporden, Scaër, Kernevel, Bannalec, Quimperlé, en majorité des élus communistes, dont Alfred Scavennec et Jean Colas pour Quimperlé. La SNCF s'appuyant sur une loi de Pétain, pour " entrave à la circulation des trains ". Ils seront relaxés. À l'époque, les cheminots CGT prennent de gros risques en participant aux manifestations. François Rannou et Daniel Picol sont aux premiers rangs ».

« 52 dimanches »

« Dans les années 90, nous nous battons pour l'arrêt du TGV de 14 h 03. Pendant un an, 52 dimanches, nous arrêtons ce TGV. 200 à 300 personnes se relaient, des militants syndicaux de tous bords, des responsables d'associations et des commerçants de Quimperlé, avec Simone de Bollardière à leur tête. Nous obtiendrons gain de cause ». Des faits que Corentin Le Tocquec estime devoir faire connaître « aux moins de 20 ans, sans rien masquer de l'histoire ». Le militant conclut : « La gare de Quimperlé ne serait pas ce qu'elle est aujourd'hui sans l'intervention de cette partie de la population ».




avatar
Portsall

Messages : 26
Date d'inscription : 28/06/2017
Age : 69
Localisation : Portsall

Re: QUIMPERLE. Arrêts  TGV menacés ?

Message par Portsall le Jeu 9 Nov - 10:39

Début 1990 JOB, un omnibus "automoteur comme on disait" (le TER  n'existait pas) circulait devant le TGV (départ Quimper 12.45) et permettait la correspondance TGV à Lorient. Cette circulation était assurée par un Picasso (X3800) 2eme classe peu incitatif pour les voyageurs du bassin quimperlois (de même pour Rosporden, Concarneau). Le TGV circulait dans le sillon de l'ancien Exp de début d'après midi qui desservait alors Rosporden et Quimper (correspondance Nantes à Redon). Cet express était même dédoublé lors des pointes. Il est indéniable que pour les deux gares citées la desserte s'est dégradée. Les dimanche et fêtes l'autorail ne circulait même pas. L'entêtement des comités de défense a fini par payer. Le TGV actuel de début d'après midi (départ Quimper à 13.16 ou ... 17) grille Rosporden et Quimperlé avec TER en correspondance : retour à la case départ. Ce TGV aurait dû desservir les gares (horaire plus judicieux que le TGV 8730 de plein après midi).

lol!

Contenu sponsorisé

Re: QUIMPERLE. Arrêts  TGV menacés ?

Message par Contenu sponsorisé

  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Mar 21 Nov - 18:32