Rail Bretagne Pays de la Loire

FORUM ACTU/MAG du RAIL ET DES TCSP EN BRETAGNE et PAYS DE LA LOIRE

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 5 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 5 Invités

Aucun


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 49 le Jeu 11 Mai - 18:42

Mars 2019

LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Calendrier Calendrier


  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

Angers. Transports publics ; un feu vert et des inquiétudes

Partagez
Bismut49
Bismut49

Messages : 49
Date d'inscription : 12/07/2017
Age : 55
Localisation : 49301

Angers. Transports publics ; un feu vert et des inquiétudes

Message par Bismut49 le Mar 12 Mar - 10:26

Angers. Transports publics ; un feu vert et des inquiétudes
12.03.2019 / Emeric EVAIN


Le choix s’était dessiné en février, les élus d’Angers Loire métropole ont voté formellement en faveur de RATP Dev. Non sans exprimer de nombreuses interrogations sur l’évolution du réseau.

Tout change, rien ne change. À partir du 1er juillet, le réseau de transport public Irigo sera pris en main par RATP Dev, dans le cadre d’une délégation de service public (DSP). Avec maintien en poste de tous les agents mais aussi de tous les services
.
Ce lundi 11 mars, les élus d’Angers Loire métropole ont formellement entériné le remplacement de Kéolis. La tendance était déjà largement connue depuis trois semaines et une réunion de présentation (privée) faite aux élus.

[size=30]De 40 à 50 millions de voyages[/size]

On connaît les grandes lignes : une économie annuelle de cinq millions d’euros, un objectif de fréquentation annuelle qui bondirait d’au moins 10 millions de voyages (elle frôle actuellement les 40 millions). Quelques évolutions à venir : l’égalité tarifaire pour les voyageurs handicapés, des bus de nuit en fin de semaine à partir de la rentrée, ou encore le ticket sur smartphone.
On connaissait les grandes lignes, mais c’était la première fois que les élus d’ALM se retrouvaient publiquement pour en discuter. Les demandes de prises de parole ont été très nombreuses. C’est rare. Et ça témoigne des interrogations qui subsistent dans ce domaine crucial de la mobilité sur le territoire.

[size=30]Désenclaver les communes rurales[/size]

Principale source d’inquiétude : l’échéance de 2023. L’entrée en service de la deuxième ligne de tram conduira à un redéploiement du réseau de bus. « Je ne conteste pas la priorité donnée au tram et à la ville-centre, notamment ses étudiants. Mais nous serons vigilants au devenir de certaines lignes » , commence le maire de Trélazé Marc Goua (divers gauche). Jean-Paul Pavillon, maire des Ponts-de-Cé (PS), fait écho à son propos, en évoquant les risques « liés au cadencement, notamment pour le secteur sud de l’agglomération » .

Au-delà des villes proches d’Angers, plusieurs maires se sont fait l’écho des communes rurales, de « la seconde couronne » , comme le dit Pierre Vernot, maire de Saint-Lambert-la-Potherie : « Le soir comme le matin, nous aurions besoin d’une démultiplication de l’offre que représentent les bus rapides de la Région. » Pour Roger Tchato (Bauné), il s’agit de « désenclaver les communes rurales » , tandis que Damien Coiffard (Mûrs-Erigné) veut « adapter l’offre de demain aux spécificités du territoire : on ne fera rien contre la population » . Inquiétude de Didier Roisné (Beaucouzé) : « Nous avons tous regardé ce que ça implique pour notre commune. Et nous ne sommes pas sûrs que ce sera mieux. »

[size=30]« Décision déjà prise »[/size]

L’opposition angevine s’est abstenue, sur les mêmes bases. « D’accord pour le développement du tram, mais non si c’est au détriment du bus et des autres communes » , résume Alain Pagano (PCF). Rachel Capron (PS) regrette « le manque de collégialité » dans la prise de décision : « Pourquoi votons-nous ce soir, la décision est déjà prise ? »

ne question qui a fait sortir de ses gonds Christophe Béchu. « Nous avons organisé un conseil privé pour informer tous les élus en amont des conclusions de la commission d’appel d’offres. Quand on a participé, de près ou de loin, à la précédente DSP qui a fait de Kéolis la filière la plus rentable de France, on peut faire preuve d’un peu plus de modestie » , s’emporte le président d’ALM (divers droite).

[size=30]1 voyageur/km[/size]

Sur le fond, il rappelle que certains trajets sont difficiles à maintenir. « Tous les kilomètres ne se valent pas. Nous avons supprimé des lignes à Montreuil et Sainte-Gemmes le dimanche. 32 000 km au total qui enregistraient en moyenne un voyageur au km… »
Pour accompagner les inquiétudes, il annonce la création d’un groupe de travail d’élus début 2022 au plus tard. Objectif : « Réfléchir à l’avenir du réseau, à partir de 2023. » Dans l’immédiat, des représentants de RATP Dev seront invités à nouer des contacts avec chaque commune, préalable à ces discussions.
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Jeu 21 Mar - 7:43