Rail Bretagne Pays de la Loire

FORUM ACTU/MAG du RAIL ET DES TCSP EN BRETAGNE et PAYS DE LA LOIRE

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 3 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 3 Invités

Aucun


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 49 le Jeu 11 Mai - 18:42

Novembre 2019

LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 

Calendrier Calendrier


  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

Le Finistère à 3 heure de Paris : le Conseil départemental doute

Landerné
Landerné

Messages : 107
Date d'inscription : 11/09/2017
Age : 58
Localisation : pencran

Le Finistère à 3 heure de Paris : le Conseil départemental doute Empty Le Finistère à 3 heure de Paris : le Conseil départemental doute

Message par Landerné le Mar 8 Oct - 10:14

Le Finistère à 3 heure de Paris : le Conseil départemental doute
Le Finistère à 3 heure de Paris : le Conseil départemental doute 903185585 / 08.10.2019
Basile CAILLAUD 

Le Finistère à 3 heure de Paris : le Conseil départemental doute MjAxOTEwYWQ5ZGU2NjQ3OTQ5YTQ3YzJhMDQyNmM1MTRmYTQ4ZWM?width=1260&focuspoint=50%2C25&cropresize=1&client_id=bpeditorial&sign=4bbae190fbd4ad9c56e6eb6c273b60ab17715a3a307a53ffd788159faf6655f1

Brest et Quimper à trois heures de Paris en train, et au plus vite. Jusqu’ici, l’ensemble des conseillers départementaux du Finistère y était favorable. Lundi 7 octobre 2019, Stéphane Péron, seul élu LREM au conseil départemental, a émis des doutes.

 Très, très inquiet , se disait le premier vice-président du conseil départemental du Finistère, Michaël Quernez, ce lundi 7 octobre 2019. Ces propos font suite à ceux prononcés un peu plus tôt par Stéphane Péron, conseiller départemental du canton
de Guipavas, ancien de la majorité de Gauche et désormais affilié LREM :  Le Finistère à trois heures de Paris en train, est-ce vraiment important ? Est-ce toujours cohérent ? Quel est le coût écologique de tels aménagements ? Et est-ce que l’isolement géographique du Finistère n’est pas, finalement, une situation privilégiée ? 
Que d’interrogations qui, lundi après-midi, au sein du conseil départemental, ont semé le doute.  Votre petite musique m’inquiète, a repris le vice-président Michaël Quernez, qui s’adressait à l’élu LREM. J’espère que vos interrogations ne sont pas partagées par des parlementaires de votre nouvelle famille politique, sans quoi ce serait très inquiétant pour l’accessibilité du Finistère ! 

[size=39]« Voix dissonantes »[/size]

Au sein de l’assemblée finistérienne, la cassure d’une unanimité sur ce sujet de l’accessibilité du Finistère est fortement redoutée.  S’il y a des voix dissonantes, nous devons être vigilants. Il ne peut pas y avoir une voix en moins, un  oui mais . Nous sommes 54 conseillers départementaux et nous étions tous, jusqu’alors, déterminés à désenclaver le Finistère. C’est un engagement que nous avons tous pris », enchérit le régionaliste Christian Troadec.
 Pour réussir et éviter toutes les chausse-trappes, il faut que nous fassions bloc. Il faut miser sur notre unité et mobiliser ensemble , estime de son côté Yvan Moullec, du canton de Landerneau et porte-parole de l’Alliance pour le Finistère (droite et centre).

[size=39]Un second scénario[/size]

Ces discussions se sont tenues alors que les conseillers départementaux étaient – une nouvelle fois – amenés à évoquer les  aménagements ferroviaires de Bretagne à grande vitesse . Il était question, notamment, du projet de voie nouvelle entre Rennes et Redon, qui verra le jour, au mieux, en 2030 . Entre les deux villes, le temps de trajet sera réduit de 11 minutes. Les travaux coûteront 1,25 milliard d’euros.  Si le trajet entre Quimper et Rennes est plus rapide, des travaux entre Rennes et Brest seront, eux, remis à beaucoup plus tard , constate Nathalie Sarrabezolles, la présidente du conseil départemental.
Pas acceptable pour la majorité, pour qui un scénario de voie ferroviaire nouvelle  est possible  entre Landerneau et Morlaix (-7 minutes, 600 millions d’euros) ainsi qu’entre Rennes et Lamballe (-10 minutes, 950 millions d’euros). Ce scénario, que la majorité départementale aimerait privilégier,  serait une avancée significative dans l’objectif des trois heures , reprend Nathalie Sarrabezolles.

[size=39]Unanimité quand même[/size]

Les 54 conseillers départementaux avaient à voter une délibération, afin de réclamer une réunion de la Conférence territoriale de l’action publique (CTAP), l’instance référente dans le suivi du Pacte d’accessibilité et de mobilité pour la Bretagne. La délibération visait à faire privilégier le scénario nord-finistérien à celui de Rennes-Redon. Mais qu’allait donc voter Stéphane Péron, le conseiller LREM ? Pour ? Contre ? S’abstenir ?  C’est moi qui parle. Ce n’est pas Richard Ferrand qui m’a donné la parole. Toutes mes interrogations, je les avais déjà lorsque j’étais dans la majorité  , reprend l’élu du canton de Guipavas, qui a fini par voter en faveur de la délibération.
Lundi après-midi, au Département, il y a eu comme un doute. Mais l’unanimité a été préservée.
Bigouden29
Bigouden29

Messages : 45
Date d'inscription : 26/02/2016
Age : 56
Localisation : 29 sud

Le Finistère à 3 heure de Paris : le Conseil départemental doute Empty Re: Le Finistère à 3 heure de Paris : le Conseil départemental doute

Message par Bigouden29 le Mar 8 Oct - 10:25

Et est-ce que l’isolement géographique du Finistère n’est pas, finalement, une situation privilégiée ? 
Le Finistère à 3 heure de Paris : le Conseil départemental doute 3626685176  cet élu doit prendre l'avion ! Le renfermement sur soi n'est jamais très positif.
TGV Atlantique
TGV Atlantique

Messages : 51
Date d'inscription : 25/06/2015
Age : 44
Localisation : Paris 12eme

Le Finistère à 3 heure de Paris : le Conseil départemental doute Empty Re: Le Finistère à 3 heure de Paris : le Conseil départemental doute

Message par TGV Atlantique le Mar 8 Oct - 12:30

Il n'y a pas qu'isolement géographique. Ce département très beau est quand même refermé sur lui même. Il est aussi en décroissance démographique et c'est le triskell  St Malo-Rennes-Nantes-Vannes qui est dynamique. Etant sur Quimper il y a quelques semaines pour des raisons professionnelles ce n'était pas la foule à la descente du 1er  TGV du matin à Quimper.
Jojo53
Jojo53

Messages : 131
Date d'inscription : 03/11/2016
Age : 26
Localisation : 53

Le Finistère à 3 heure de Paris : le Conseil départemental doute Empty Re: Le Finistère à 3 heure de Paris : le Conseil départemental doute

Message par Jojo53 le Mer 9 Oct - 21:04

@Bigouden29 a écrit:
Et est-ce que l’isolement géographique du Finistère n’est pas, finalement, une situation privilégiée ? 
Le Finistère à 3 heure de Paris : le Conseil départemental doute 3626685176  cet élu doit prendre l'avion ! Le renfermement sur soi n'est jamais très positif.
Mais cramer un milliard et demi (!) pour gagner un quart d'heure de et vers le Finistère (pas seulement vers Paris mais aussi vers la capitale régionale !), n'y a-t-il pas mieux à faire ? (Remarquez, pour des paramètres similaires sur une route à 2x2 voies on tergiverse moins...)
Bretillien35
Bretillien35

Messages : 98
Date d'inscription : 19/05/2015
Age : 59

Le Finistère à 3 heure de Paris : le Conseil départemental doute Empty Re: Le Finistère à 3 heure de Paris : le Conseil départemental doute

Message par Bretillien35 le Jeu 10 Oct - 12:09

L'option Sud (Rennes-Quimper) est pertinente car elle engloberait les liaisons vers Quimper et Nantes  et permettrait  une offre différente sur le périurbain Rennes-Redon, et dégagerait des sillons pour le fret Mais faut pas rêver, c'est du très long terme et compliqué. Autre question, faut-il continuer à courir après le temps ? N'y a t-il pas d'autres priorités.
En fait encore une vision technocratique.

Contenu sponsorisé

Le Finistère à 3 heure de Paris : le Conseil départemental doute Empty Re: Le Finistère à 3 heure de Paris : le Conseil départemental doute

Message par Contenu sponsorisé

  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Dim 17 Nov - 7:14