Rail Bretagne Pays de la Loire

Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Rail Bretagne Pays de la Loire

FORUM ACTU/MAG du RAIL ET DES TCSP EN BRETAGNE et PAYS DE LA LOIRE

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 2 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 2 Invités

Aucun


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 49 le Jeu 11 Mai - 18:42

Septembre 2022

LunMarMerJeuVenSamDim
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Calendrier Calendrier

Le Deal du moment : -67%
Carte Fnac+ à 4,99€ au lieu de 14,99€ ...
Voir le deal
4.99 €

    Innovation. La gare de Rennes aura aussi sa version virtuel

    H Legoff
    H Legoff


    Messages : 75
    Date d'inscription : 18/08/2015
    Age : 60
    Localisation : La Guerche de Bretagne

    Innovation. La gare de Rennes aura aussi sa version virtuel Empty Innovation. La gare de Rennes aura aussi sa version virtuel

    Message par H Legoff Jeu 11 Avr - 9:01

    Innovation. La gare de Rennes aura aussi sa version virtuel
    Innovation. La gare de Rennes aura aussi sa version virtuel 903185585 11.04.2019

    Innovation. La gare de Rennes aura aussi sa version virtuel C3ba876c0c900bff5b5d53ef2e9e2fbb-la-gare-de-rennes-aura-aussi-sa-version-virtuelle


    Comme neuf autres gares de Bretagne, celle de Rennes aura un « jumeau numérique ». Une première. Ce doublon virtuel permettra de réparer plus efficacement une pièce, mais aussi d’anticiper la casse.

    Bruno Benoist, directeur de développement SNCF Gares et Connexions, dirige, entretien et exploite les gares de France. Il porte avec enthousiasme le projet de jumeaux numériques pour dix gares de Bretagne, dont celle de Rennes : une innovation qui prendra vie d’ici deux ans.
    Le jumeau numérique d’une
    gare, c’est quoi ?
    C’est la réplique, la modélisation d’une gare dans un Cloud (sur internet). Des agences immobilières utilisent déjà ce type d’outils pour faire visiter un appartement avec un casque de réalité virtuelle.
    À la SNCF, nous rendons cette innovation utile et performante, parce que c’est la première fois qu’elle servira une infrastructure publique, où il y a beaucoup de passage, et fera partie du service que l’on offre au client.
    À quoi va-t-il servir ?
    Des objets connectés dans la gare renverront des signaux et des données sur leur jumeau numérique. La SNCF pourra, par exemple, s’informer d’une panne sur un tapis roulant, un ascenseur ou une porte automatique par une remontée d’alerte.

    Si la supervision automatique n’est pas suffisante, le BIM manager (directeur de la maquette numérique) pourra savoir d’où vient le problème et guider un technicien sur place, ce qui lui demande d’être à l’aise à la fois avec les logiciels et avec les métiers.
    Nous pourrons aussi anticiper des casses : sur un escalator, les pièces qui tournent s’usent, nous pourrons planifier le remplacement d’une pièce et même des travaux de réparations sur le long terme, comme pour une toiture.
    Rennes aura une gare sans problème ?
    On y travaille, mais l’objectif « zéro panne » n’est jamais vraiment possible quand on parle d’industriel. En revanche, nous pouvons presque viser un « zéro accident », avec une meilleure prévention, une meilleure anticipation et plus de sécurité.
    Le client pourra avoir accès à ces données, il saura quel matériel est en mauvais état de fonctionnement via l’application « En gare ». C’est utile, notamment pour les personnes handicapées.
    Quelles gares sont concernées ?
    Pour l’instant, nous sommes sûrs de travailler avec celles de Rennes, de Lorient et d’Auray. Nous choisirons la semaine prochaine les sept autres gares bretonnes et nous établirons le calendrier à ce moment-là. L’expérimentation sera en place d’ici deux ans.

    C’est réservé aux gares en travaux ?
    Comme nous sommes en travaux dans plusieurs gares, nous avons les plans techniques, des architectes et des ingénieurs, qui nous facilitent la saisie des données. Mais nous allons également le faire dans des gares moins récentes, avec un radar : c’est un petit robot ou un drone qui se promène et qui scanne le bâtiment en 3D. Nous irons aussi physiquement faire du repérage, et récupérer les plans techniques.
    Pourquoi seulement les gares bretonnes ?
    Il fallait que toutes les gares sur lesquelles allait être menée l’expérimentation soient sur le même territoire, pour des questions de cohérence. La Bretagne a été choisie parce qu’elle est plus innovante et plus dynamique en termes d’emplois, d’économie, de mobilité… On le voit avec des événements comme inOut, par exemple. Si le modèle fonctionne bien, nous l’étendrons en France.

      La date/heure actuelle est Dim 25 Sep - 21:58