Forum consacré au Rail & TCSP en Bretagne et Pays de la Loire

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 49 le Jeu 11 Mai - 18:42

Septembre 2017

LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 

Calendrier Calendrier


    ROSCOFF MORLAIX

    Partagez
    avatar
    BiBi35
    Admin

    Messages : 1715
    Date d'inscription : 16/08/2014
    Age : 58
    Localisation : RENNES BREIZH

    ROSCOFF MORLAIX

    Message par BiBi35 le Jeu 17 Sep - 10:27

    ROSCOFF MORLAIX un avenir en pointillé

     


    :link.gif:http://www.letelegramme.fr/finistere/morlaix/ligne-morlaix-roscoff-un-avenir-en-pointilles-27-05-2015-10643162.php



    La ligne ferroviaire entre Morlaix et Roscoff est-elle menacée de fermeture ? C'est ce que pense une fédération d'usagers, qui tire la sonnette d'alarme. Elle demande aux élus locaux de la défendre et de la valoriser. Morlaix communauté se dit prêt à investir financièrement. Et voilà que la ligne Morlaix - Roscoff revient sur le tapis...

    Déjà évoqué, il y a un et demi, l'avenir de ce tronçon ferroviaire de 28 km est à nouveau d'actualité à travers les craintes formulées ces dernières semaines par la Fnaut (Fédération nationale des usagers des transports) Bretagne. « Sa pérennité est sérieusement menacée. Si rien n'est fait, sa fermeture est inexorable », affirme la trésorière de l'association, Sylvie Fillon, domiciliée à Plouezoc'h. « Mal exploité » Dans son viseur, l'état de la voie, et en particulier la vétusté inquiétante du viaduc qui enjambe la Penzé. Un pont de fer rongé par l'oxydation, qui a besoin d'être sérieusement conforté. Problème, les travaux, évalués à plusieurs millions d'euros, ne sont pas à l'ordre du jour. Du moins, pas dans l'immédiat. « Ça n'intéresse pas SNCF Réseau (la nouvelle dénomination de Réseau ferré de France, RFF), propriétaire de cette ligne qui lui coûte trop cher », estime Sylvie Fillon. Il est vrai que le taux de remplissage du TER Morlaix - Roscoff (deux allers-retours par jour) n'est pas mirobolant. « Le tronçon est mal fréquenté, et n'est donc pas rentable, car il est mal exploité », regrette la trésorière de la Fnaut, qui préconise de le rendre plus attractif. En misant sur son potentiel touristique. « On ne peut pas accepter la mort de cette ligne, qui s'est endormie d'elle-même, sans avoir étudié sa valorisation », poursuit l'usagère trégorroise, en demandant qu'un audit sur sa viabilité économique soit réalisé (lire ci-contre).

    « Un non-sens de la fermer » Reste à savoir qui est capable de sortir l'argent de son porte-monnaie. « Tout le monde dit que la ligne ne fermera pas, mais personne n'est prêt à payer », constate la bénévole de la Fnaut, qui ne croit guère en SNCF Réseau pour initier le chantier. Pas plus qu'en la Région, qui finance pourtant bon nombre de travaux sur les lignes ferroviaires en Bretagne. « Pour moi, l'impulsion doit venir des collectivités locales, et notamment des communautés de communes. Les autres partenaires suivront ensuite ».
    Ce scénario est loin d'être rejeté par Morlaix communauté. Au contraire, son président se dit disposé à mettre la main au portefeuille pour déclencher l'adhésion des autres financeurs potentiels. « On est totalement prêts à investir de l'argent », annonce Jean-Luc Fichet, qui se pose en « fervent défenseur » de la ligne ferroviaire. « Ce serait un non-sens de la fermer. On fera tout pour ne pas l'abandonner, et même pour la développer », ajoute-t-il. « Il faut une coalition d'intérêt général » « Ce serait un bon investissement », souligne de son côté Agnès Le Brun, en assurant « se battre à fond » pour la défense de ce tronçon. « Mais il n'y a qu'ensemble qu'on peut avoir du poids », estime le maire de Morlaix, en prônant « une coalition d'intérêt général ». Pendant ce temps, à Roscoff, le conseil municipal vient de voter une motion pour le maintien de la ligne. « Il y a des inquiétudes, mais pas forcément de vraie menace », tempère néanmoins le maire de la ville, Joseph Séité, qui est aussi le président d'À Fer et à flots. « Une fermeture signifierait la disparition de ce circuit touristique. Ce serait catastrophique pour la région », prévient-il, tandis qu'à la communauté de communes du pays léonard, on ne se prononce pas sur le sujet pour l'instant. « Car on n'a pas encore eu l'occasion d'échanger sur le sujet en bureau », explique Nicolas Floch, pour qui un investissement financier de la collectivité qu'il préside paraît tout de même compliqué. « Ce n'est pas de notre compétence, et vu le contexte actuel, on n'a pas vraiment de marges de manoeuvre ».







    Un dossier qui prend une tournure politique


    En compagnie des militantes locales Christine Prigent et Élisabeth Bégard, les... R. T. Alors que le Conseil Régional a débuté ou programmé d'importants travaux sur plusieurs lignes ferroviaires bretonnes, le tronçon entre Morlaix et Roscoff ne figure pas dans le contrat de plan État-Région 2015-2020 qui a été signé le 11 mai dernier.

     « Nous n'avons pas été saisis par SNCF Réseau sur le cas de cette ligne », indique Gérard Lahellec, vice-président du conseil régional en charge des transports, pour qui la balle est dans le camp de l'opérateur ferroviaire, propriétaire des infrastructures. « À lui de clarifier sa position. C'est le préalable à toute négociation pour envisager les mesures à prendre par l'ensemble des institutions concernées et des collectivités territoriales », souligne l'élu, qui insiste néanmoins sur le fait qu'« il n'est nullement question de se désengager de l'organisation et du financement du service TER sur l'axe ferroviaire Morlaix - Roscoff ».


    "Choisir la proximité plutôt que la LGV"

     Joint à plusieurs reprises, SNCF Réseau n'a pas donné suite à nos sollicitations. Ce qui peut laisser planer le doute sur sa volonté de maintenir en vie ce tronçon, dont la fréquentation n'atteint pas des sommets. De leur côté, les élus d'Europe Écologie - Les Verts au conseil régional disent « se poser des questions sur les choix de la Région et du vice-président aux transports ». Pour René Louail et Yannick Bigouin, « des sommes faramineuses sont injectées dans la Ligne à grande vitesse (LGV) alors qu'il faudrait plutôt faire le choix de la proximité ». « Notre crainte, c'est que le tronçon ferroviaire Morlaix - Roscoff disparaisse au profit des bus qui existent déjà entre les deux villes. Le ferroviaire est pourtant le système le plus vertueux sur le plan énergétique », soulignent les deux élus.

     « Ce dossier marque le désengagement de l'État via SNCF Réseau », note, de son côté, le maire UMP de Morlaix, Agnès Le Brun. Sans oublier de tacler la Région. « On ne peut pas parler de développement durable et de tourisme et dire l'inverse ensuite. Même si, clairement, le conseil régional ne peut pas tout prendre en charge ». Une association de promotion créée la semaine prochaine Après avoir écrit à bon nombre d'élus et rencontré certains d'entre eux ces dernières semaines, Sylvie Fillon indique qu'une association de défense de la ligne ferroviaire Morlaix - Roscoff va être créée la semaine prochaine. Elle en prendra la présidence.


    "Une association de promotion"...
    précise la trésorière de la Fnaut Bretagne, en indiquant qu'elle sera officiellement lancée le vendredi 5 juin, en fin d'après-midi, lors d'une conférence de presse dans les locaux de la chambre de commerce et d'industrie, à laquelle ont été conviés les parlementaires locaux, les maires directement concernés par la ligne, ainsi que les élus régionaux, départementaux, ou encore les représentants des structures de tourisme locales. « Il s'agit de dépasser les clivages politiques. Le train doit constituer un levier du développement économique du territoire », note Sylvie Fillon. Un audit réclamé Et l'usagère de souligner que l'association va insister pour qu'un audit soit réalisé sur le sujet. « Il s'agit de déterminer l'état du viaduc de Penzé, d'examiner le coût de la construction d'une halte ferroviaire à Roscoff ou encore, d'étudier la manière d'améliorer les dessertes et les correspondances », énumère-t-elle, en citant, en exemple, la construction d'une voie d'évitement à Plouénan, au niveau de Kerlaudy. « L'investissement ne serait pas énorme par rapport aux sommes dépensées pour la ligne à grande vitesse ».


    Pratique Contact : Sylvie Fillon, tél. 06.43.18.77.07 ou jlfillon@orange.fr

      La date/heure actuelle est Jeu 21 Sep - 7:18