Rail Bretagne Pays de la Loire

forum consacré au rail en Bretagne ett Pays de la Loire/mobilité TCSP

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 3 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 3 Invités

Aucun


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 32 le Mer 27 Avr - 22:58

Avril 2017

LunMarMerJeuVenSamDim
     12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Calendrier Calendrier


  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

PRESIDENTIELLES : LES PROPOSITIONS DES CANDIDATS POUR LE FERROVIAIRE

Partagez

visiteur
Invité

PRESIDENTIELLES : LES PROPOSITIONS DES CANDIDATS POUR LE FERROVIAIRE

Message par visiteur le Lun 17 Avr - 23:20

PRESIDENTIELLES : LES PROPOSITIONS DES CANDIDATS POUR LE FERROVIAIRE

Par : Marie-Hélène Poingt, François Dumont, Cécile Nangeroni et Chantal Blandin


Voici des extraits des programmes des candidats sur le ferroviaire.

A noter : Nous n’avons présenté que les programmes des candidats donnés régulièrement par les sondages au-dessus de 10 % et dont les équipes ont pu plancher sur des programmes transport suffisamment
François Fillon
Réforme de la SNCF. Feu sur l’Epic de tête !
LR veut réformer la récente loi ferroviaire, pour rouvrir le système et rendre possible la concurrence. Deux solutions techniques s’offrent. Supprimer l’Epic de tête, ou le réduire à une holding considérablement allégée. SNCF Mobilités deviendrait une SA. Et Gares & Connexions deviendrait une filiale de SNCF Réseau. Le système réformé sera-t-il désendetté ? « Nous savons que la dette n’est pas tenable et qu’il faudra faire quelque chose », dit Cyrille du Peloux. À quelle hauteur ? Ce n’est pas aujourd’hui fixé dans la maquette financière du candidat.
Benoît Hamon
Priorité au ferroviaire et à l’existant
La priorité va à la rénovation du réseau ferroviaire existant. L’État doit retrouver un rôle de stratège pour planifier l’avenir. Une loi de programmation est envisageable si elle est préparée dans une commission comparable à celle de Mobilité 21 qui avait priorisé les projets d’infrastructures sous la houlette du député Philippe Duron. Pour décider de la suite à donner aux grands chantiers engagés, Benoît Hamon s’est engagé auprès des écologistes à lancer « une conférence du consensus » réunissant experts, élus et associations : le sort du projet canal Seine-Nord est loin d’être scellé, tandis que l’avenir du projet de liaison ferroviaire Lyon – Turin semble plus incertain et celui l’aéroport Notre-Dame-des-Landes nettement plus menacé.
Marine Le Pen
Réseau ferroviaire classique d’abord
« L’urgentissime », c’est de pérenniser le réseau classique. En ce qui concerne les LGV, « le principal a été fait ». Une LGV Poitiers – Limoges, « cela n’a pas de sens ». Il faut s’arrêter une fois que les « coups partis » auront été réalisés. Des exceptions ? Il faudra réaliser Montpellier – Perpignan, qui n’est plus qu’un chaînon manquant. Sans doute une ligne nouvelle Côte d’Azur, du fait de la saturation de la ligne existante. S’agissant de Bordeaux – Toulouse, l’élu de l’Aisne est plus réservé, étant attaché au rôle structurant de l’axe Paris – Orléans – Limoges – Toulouse. Le représentant frontiste n’est pas partisan du canal Seine-Nord, qui « répond surtout aux intérêts des ports du Benelux… » Doutes aussi pour Lyon – Turin, car « les bonnes idées qui n’ont pas été réalisées tout de suite soit moins bonnes ». Compte tenu des nouveaux tunnels de base suisses et autrichien et des transports massifs nord – sud qu’ils autorisent, il faut, avant de poursuivre un projet colossal, s’assurer des flux de marchandises sur l’axe est – ouest.
Emmanuel Macron
Macron reprend la dette ferroviaire
Principe de choix pour les projets : le bon investissement, au bon endroit, au bon moment. Exemple donné par Emmanuel Macron sur RTL, Toulouse – Paris, déjà desservi par une navette Air France : « Est-ce que ma priorité en termes d’infrastructures de transport est de redéployer énormément d’argent pour venir par le train là où il existe quelque chose par l’avion ? Je ne veux pas le trancher aujourd’hui pour ne pas faire d’électoralisme ». Et pour ne pas alourdir d’avance la dette ferroviaire alors que, Arnaud Leroy l’a annoncé pour TDIE, Emmanuel Macron élu reprendrait la dette historique de SNCF Réseau, « parce que c’est une dette d’État, pas une dette d’entreprise ».
Jean-Luc Mélenchon
Une SNCF insoumise
Jean-Luc Mélenchon promet une SNCF insoumise à l’application des successifs paquets ferroviaires européens ficelés par Bruxelles. Il entend « bloquer l’ouverture à la concurrence du trafic intérieur de voyageurs prévue en 2023 ». Au niveau national, « une nouvelle loi de réforme du système ferroviaire » s’impose « pour unifier le rail en un seul pôle public ». Et d’insister sur le fait que la fusion RFF-SNCF n’a notamment pas « apuré la dette de 44 milliards d’euros, résultat du financement du réseau des lignes à grande vitesse ». Or cette dette, développe Laurent Courtois, constitue aujourd’hui « un des moyens de pression de la direction de la SNCF pour faire fonctionner cet établissement public comme une entreprise commerciale privée, pour supprimer des lignes et pour diminuer les effectifs tout en payant des intérêts juteux aux banques privées ».
Retrouvez l’intégralité de leur programme pour le ferroviaire et la mobilité dans le numéro spécial « Les programmes transport des principaux candidats pour l’élection Présidentielle 2017″
<img class="aligncenter wp-image-16920 size-full" src="http://www.lettreducheminot.fr/wp-content/uploads/sites/2/2017/04/dfdf.jpg" alt="Présidentielles 2017 programme ferroviaire" width="603" height="794" />
avatar
H Legoff

Messages : 20
Date d'inscription : 18/08/2015
Age : 54
Localisation : La Guerche de Bretagne

Re: PRESIDENTIELLES : LES PROPOSITIONS DES CANDIDATS POUR LE FERROVIAIRE

Message par H Legoff le Jeu 20 Avr - 11:00

Depuis longtemps le Rail est le cadet des soucis des politiques, peu électoral par rapport au routier (bretelles autoroutières, voies rapide  avec multiplication des accès ...). Pour eux la SNCF est un "boulet" trop politisé (omniprésence de la CGT + Sud Rail ...). Même le TGV a du plomb dans l'aile. Le réseau secondaire est dans un état déplorable faute d'entretien. Quant au énième apurement de la dette, c'est une opération comptable.
  • Poster un nouveau sujet
  • Répondre au sujet

La date/heure actuelle est Sam 29 Avr - 15:29